L’alopécie frontale chez les femmes

Temps de lecture : 6 minutes

L’alopécie frontale est une affection qui entraîne une perte de cheveux sur le devant de la tête. Généralement, cette affection se développe chez les femmes qui ont atteint la ménopause, mais dans certains cas, elle peut survenir beaucoup plus tôt. Cette affection est particulièrement fréquente chez les femmes noires. Dans une étude, la moitié des femmes diagnostiquées avec cette affection étaient encore plus jeunes que la ménopause. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si les femmes noires sont plus susceptibles de montrer les premiers signes de la maladie avant d’atteindre la ménopause.

Trichoscopie

La trichoscopie est un outil de diagnostic utile pour le diagnostic de l’alopécie frontale, car elle permet de distinguer cette affection de l’alopécie mimétique ou diffuse. Ce type d’alopécie se manifeste par un amincissement rapide et diffus des tiges capillaires. Il se caractérise par des points noirs, des cheveux effilés et des cheveux cassés.

La trichoscopie peut être utile dans le diagnostic de l’AA chez les femmes, et elle peut également être utile pour différencier l’AA de l’AFA. Bien qu’elles partagent certaines caractéristiques cliniques, l’AFA se caractérise par une desquamation périfolliculaire plus légère. En outre, la FFA présente des papules faciales associées. De plus, les cheveux terminaux sont une seule mèche isolée dans la zone frontale en retrait.

Les résultats de la trichoscopie pour l’alopécie frontale sont similaires à ceux du lichen planopilaris. Les zones affectées du cuir chevelu sont de couleur sombre, avec de nombreux points blancs ou noirs. Il est important de noter que les couleurs de la trichoscopie ne sont pas corrélées à la couleur de la peau. Les femmes atteintes d’alopécie frontale typique auront un réseau pigmenté périfolliculaire sur le trichoscope, qui comprend des mélanocytes des crêtes de rete. En revanche, les zones hypochromes auront moins de mélanocytes et apparaîtront comme un point blanc. Le cuir chevelu pigmenté présentera également des points blancs ponctuels, caractéristiques de la cicatrisation par fibrose.

La trichoscopie pour l’alopécie est un outil de diagnostic non invasif qui peut aider à déterminer la cause de la perte de cheveux chez une femme atteinte d’alopécie. Elle est également utile pour diagnostiquer les maladies courantes du cuir chevelu et des cheveux. Les résultats de la trichoscopie peuvent aider à éviter les biopsies inutiles et à s’assurer que le site de la biopsie est correct pour le patient.

Une femme ménopausée de 67 ans a présenté une perte de cheveux frontale et une perte de sourcils. On lui a diagnostiqué une alopécie frontale cicatricielle. La patiente présentait également une extension temporo-pariétale. La trichoscopie du cuir chevelu a révélé une structure en nid d’abeille des follicules pileux et de multiples points blancs. Ceci est caractéristique de l’ACCC et constitue un signe spécifique.

A LIRE  Quel est le produit le plus efficace pour la repousse des cheveux ?

Les patients atteints d’alopécie frontale doivent être évalués pour l’inflammation et l’écaille périfolliculaire. Au cours d’une trichoscopie, le médecin recherchera des signes d’inflammation. L’inflammation est un facteur de ce trouble.

L’alopécie frontale est une affection courante qui touche les femmes. Ses symptômes comprennent une récession symétrique de la ligne des cheveux et la perte des poils des sourcils. Cette affection a été décrite pour la première fois par Kossard il y a plus de 30 ans et est considérée comme une variante du lichen planopilaire. Elle est typiquement associée aux femmes ménopausées, bien qu’elle puisse également se produire chez les femmes préménopausées. Les traitements de ce type d’alopécie comprennent les antipaludéens, les tétracyclines, la cortisone intralésionnelle, le tacrolimus et le sauvetage folliculaire.

Il existe des traitements pour l’alopécie frontale fibrosante, notamment des médicaments sur ordonnance et des traitements en vente libre. Bien que les causes de cette affection ne soient pas connues, une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux peut y contribuer. Les femmes touchées présentent généralement une calvitie le long de la ligne frontale des cheveux, un recul de la ligne des cheveux et des follicules pileux rouges ou enflammés. Une formule sanguine complète et d’autres méthodes d’évaluation sont généralement utilisées pour déterminer le type exact de l’affection.

Bien que ces traitements ne guérissent pas la maladie, ils peuvent ralentir considérablement la chute des cheveux. Les patients qui prennent des stéroïdes par voie orale doivent être conscients des effets secondaires possibles, tels que des douleurs abdominales, des éruptions cutanées et même des lésions rétiniennes. Il n’a pas été démontré que le traitement hormonal substitutif était bénéfique aux patients atteints d’alopécie fibrosante frontale. Le traitement de l’alopécie fibrosante frontale se concentre sur le contrôle de l’inflammation. Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour rétablir la perte de cheveux.

Les traitements de l’alopécie frontale lésionnelle visent à traiter l’affection le plus tôt possible. Un diagnostic précoce permet d’éviter la formation de cicatrices permanentes. L’objectif des traitements est de réduire l’inflammation, de ralentir la progression de la maladie et de réduire les séquelles. Les traitements sont souvent prescrits en association afin d’en augmenter le succès. Dans certains cas, une stabilisation spontanée de la maladie se produit.

Les traitements de la lésion d’alopécie frontale peuvent inclure la chirurgie et le rajeunissement du cuir chevelu. Toutefois, les patients atteints d’alopécie frontale fibrosante doivent subir une biopsie afin d’exclure d’autres causes. En outre, une biopsie de la peau est souvent nécessaire pour exclure d’autres formes d’alopécie qui ne sont pas frontales.

L’alopécie frontale est une affection relativement nouvelle caractérisée par la perte de cheveux. Il s’agit d’un type d’alopécie cicatricielle, qui touche principalement les femmes ménopausées. Les patients perdent généralement les sourcils et les cheveux sur la partie frontale de la tête. La physiopathologie sous-jacente de l’AFA est encore inconnue, mais elle implique une inflammation neurogène et une immunomodulation. La maladie sous-jacente est caractérisée par la présence de tissu fibreux dans l’ensemble du follicule pileux.

A LIRE  Quel médecin consulter en cas de perte de cheveux chez la femme ?

L’alopécie frontale est une alopécie cicatricielle à motifs qui touche principalement les femmes ménopausées. Elle entraîne un recul de la ligne fronto-temporale des cheveux et une calvitie des sourcils. L’étiologie de cette affection n’est pas claire, mais on pense qu’elle est liée à l’inflammation et à l’immunomodulation. L’inflammation est la cause sous-jacente la plus probable de l’AAF, qui se caractérise par la formation de tissu fibreux dans le follicule pileux.

L’alopécie fibrosante frontale a une histologie similaire à celle du lichen planopilaire et a été considérée comme une variante de cette maladie. Le symptôme le plus courant de cette affection est une bande uniforme de perte de cheveux le long du front et des côtés du cuir chevelu, entraînant un recul de la ligne frontale. Elle peut également se présenter sous la forme d’une perte de cheveux en zigzag ou d’une atteinte continue de la lisière des cheveux.

L’étiologie de l’alopécie frontale n’est pas entièrement comprise, mais elle peut être liée à la génétique, aux hormones ou aux maladies auto-immunes. Environ 80 à 90 % des femmes atteintes perdent leurs sourcils à cause de la maladie. Elles peuvent également développer de petites bosses de couleur jaune près de la ligne des cheveux et sur le cuir chevelu.

Outre le cuir chevelu, l’alopécie frontale fibrosante peut également affecter les sourcils et les cils. Un diagnostic et un traitement précoces de cette affection peuvent ralentir ou arrêter de manière significative la progression de la maladie. La perte de cheveux peut être temporaire ou permanente, et les démangeaisons peuvent être associées à des douleurs.

Une biopsie de la zone affectée peut révéler une prolifération lymphocytaire autour du follicule. Une biopsie de la peau peut également montrer une absence d’ouvertures visibles des follicules pileux. Dans certains cas, des poils isolés peuvent persister dans la zone chauve. La perte de cheveux peut se produire sur toutes les parties du corps, mais elle touche le plus souvent les membres.

La FFA est associée à la morphée, qui induit une réponse immunitaire TH1 et TH17 chez les patients. L’élévation des lymphocytes au stade avancé de la maladie est responsable de la forme fibrosante de la maladie. Elle a également été signalée chez des femmes atteintes de la maladie de Sjögren.

Les caractéristiques cliniques de l’alopécie frontale varient d’une personne à l’autre. La maladie entraîne souvent un recul de la ligne des cheveux et des taches blanches au-dessus de l’oreille. La présence de ces lésions suggère une maladie de longue durée. Chez les femmes, la maladie peut également toucher les sourcils.

A LIRE  Traitement anti-chute de cheveux pour les femmes

Les auteurs de l’étude ont recruté des dermatologues brésiliens pour remplir un questionnaire visant à évaluer la prévalence de l’alopécie frontale. Le questionnaire comportait une enquête en ligne qui a été distribuée aux dermatologues lors de réunions dermatologiques en janvier et juillet 2018. Les participants ont été interrogés sur le diagnostic de l’alopécie frontale, tout facteur de risque connu et les données démographiques pertinentes. Lorsque les sujets présentaient les traits cliniques caractéristiques, un diagnostic d’alopécie frontale était posé, indépendamment de la confirmation histopathologique.

Cette maladie survient principalement chez les femmes et son incidence est en augmentation aux États-Unis, au Japon et en Europe. Elle touche généralement les femmes après la ménopause, mais certains cas ont été signalés chez des femmes préménopausées. Elle touche rarement les hommes, mais la présence de facteurs génétiques peut expliquer sa faible incidence chez les hommes. Les femmes d’Afrique et d’Asie semblent présenter une forme moins sévère de la maladie que les femmes européennes.

L’alopécie frontale chez la femme est une maladie auto-immune caractérisée par une perte de cheveux irréversible. Elle touche les femmes en période post-ménopausique et l’incidence de l’alopécie frontale fibrosante est similaire à celle des hommes. Cependant, les causes exactes de la maladie sont inconnues.

La prévalence de l’alopécie frontale a augmenté jusqu’à atteindre des proportions épidémiques. Décrit pour la première fois dans les années 1950, ce lichen planopilaire à motifs affecte principalement les femmes ménopausées, bien que les femmes préménopausées puissent également être touchées. Les hommes peuvent également développer cette affection, mais seulement dans un faible pourcentage des cas. Il est important de comprendre les symptômes et d’identifier la cause sous-jacente.

Suivez-moi
Passionnée par l'univers du bien être, je m'appelle Alexia, journaliste spécialisée dans le naturel, je vous propose de découvrir les solutions à vos problèmes capillaires et les traitements adaptés pour avoir de beaux et longs cheveux 😉
Suivez-moi

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous pour recevoir nos conseils gratuits.