Alopécie androgénétique de la femme : causes, diagnostics et traitements

Alopécie androgénétique de la femme : causes, diagnostics et traitements
Sommaire
Partager cet article
Temps de lecture : 6 minutes

L’alopécie est un terme qui désigne la perte de cheveux sans tenir compte de sa cause. L’alopécie touche la moitié des hommes français et 16 % des femmes. La majorité des premiers souffrent d’une chute de cheveux androgénétique. Il s’agit d’un type particulier de chute de cheveux qui survient chez les femmes après la ménopause. Pour en savoir plus sur la chute de cheveux androgénétique chez la femme, cliquez ici.

Qu’est-ce que l’alopécie androgénétique de la femme ?

L’alopécie androgénétique, qui est le type le plus courant de perte de cheveux, est généralement la plus fréquente chez les deux sexes. C’est le type d’alopécie féminine le plus fréquent. Elle est souvent héréditaire et affecte des zones spécifiques du cuir chevelu. Ces zones peuvent différer entre les hommes et les femmes.

L’alopécie androgénétique féminine n’affecte généralement pas les cheveux des tempes, du front ou de l’arrière de la tête. La perte de cheveux androgénétique des hommes peut affecter les zones temporales et frontales.

Bien qu’elle soit rare chez les femmes, l’alopécie androgénétique est plus fréquente chez les hommes. Elle peut provoquer un stress important et est plus fréquente chez les femmes. La “féminité” de ses cheveux peut lui faire perdre sa confiance en elle.

Le stade ultime de la perte de cheveux androgénétique est connu sous le nom de calvitie. Cette affection est marquée par la présence ou l’absence d’une région capillaire sujette à une calvitie complète ou partielle. La zone affectée est facilement visible sur le cuir chevelu. L’alopécie androgénétique commence généralement dans la première phase de la vie sexuelle de la femme. Il s’agit de la puberté, de la maternité et de la pré-ménopause. Un stress supplémentaire et des troubles alimentaires entraînant des carences nutritionnelles peuvent également contribuer à la maladie.

Quelles sont les causes de la perte de cheveux androgénétique chez la femme ?

L’alopécie androgénétique peut être causée par une imprégnation androgénique.

Imprégnation androgénique

Les femmes sécrètent des androgènes, qui sont similaires à ceux des hommes. La différence réside dans la quantité d’hormones sécrétées, qui peut atteindre 1/20 de celle des hommes. Ces hormones sont sécrétées par les glandes surrénales chez la femme et par les ovaires chez l’homme.

Normalement, cette sécrétion ne provoque pas de calvitie chez les femmes. Une petite quantité d’androgènes peut provoquer une chute de cheveux chez les femmes ayant une prédisposition androgénétique.

Il en va de même pour la chute de cheveux androgénétique. Avec l’accélération du cycle de croissance, le capital de renouvellement des cheveux s’épuise plus tôt et les cheveux se fragilisent jusqu’à disparaître totalement.

A LIRE  Les meilleurs aliments anti chute de cheveux chez la femme

Ces hormones mâles augmentent également la production de sébum. Le sébum stagne alors sur le cuir chevelu et finit par s’épaissir. Les racines des cheveux deviennent moins saines lorsque l’irrigation n’est pas optimale.

Hyperandrogénie

Il est crucial d’exclure l’hyperandrogénie pour déterminer l’étiologie d’une chute de cheveux androgénétique. Cela est particulièrement vrai si une alopécie sévère ou rapide frappe les jeunes femmes. Par exemple, l’alopécie peut toucher les jeunes femmes.

L’hyperandrogénie désigne une sécrétion excessive de testostérone chez la femme. Si vous présentez les signes suivants : acné, séborrhée et hirsutisme, on peut suspecter une hyperandrogénie. Ces signes peuvent être adressés au médecin.

  • Ovaires polykystiques
  • Hyperplasie congénitale des surrénales
  • une tumeur ovarienne sécrétant des androgènes.

Ces pathologies peuvent être confirmées ou infirmées par des examens complémentaires et des conseils d’experts. L’hyperandrogénie peut également être liée aux contraceptifs. Il s’agit des pilules contenant des progestatifs, des progestatifs purs (de 1ère et 2ème générations), du stérilet à la progestérone et de l’implant progestatif. Ces cas sont connus sous le nom d’hypoandrogénie iatrogène.

A lire : Alopécie femme jeune

Quel est le diagnostic de la chute de cheveux androgénétique chez la femme ?

Trois étapes sont nécessaires pour diagnostiquer la chute de cheveux androgénétique chez la femme : la reconnaissance visuelle, l’interrogatoire puis les examens complémentaires.

L’interrogatoire

L’étape au cours de laquelle le médecin pose des questions à son patient est appelée interrogatoire. Le professionnel va examiner la famille à la recherche d’une alopécie. Cela permet de suspecter une cause héréditaire.

Reconnaissance visuelle

Une classification est utilisée pour identifier la perte de cheveux androgénétique chez les femmes. Elle identifie trois stades de la maladie.

  • Stade 1 : Les cheveux sont légèrement chauves en haut (zone de raie). La bordure frontale n’est pas affectée. C’est à ce stade que la perte de cheveux peut être observée chez les femmes, au niveau du bord frontal du crâne.
  • Stade 2 : La perte de cheveux est plus grave et peut entraîner l’apparition de cheveux gris, courts ou blancs sur la tête. Les cheveux autour de la raie deviennent moins nombreux.
  • Stade 3 : la perte de cheveux est presque complète au niveau du vertex (région de la raie). Le stade de l’alopécie est terminé lorsqu’il reste une fine ligne de cheveux sur le front.

Outre ces signes, une perte de cheveux androgénétique peut également être diagnostiquée. Il s’agit notamment d’un amincissement des cheveux et d’une diminution des poils. Ces stades permettent de détecter la chute de cheveux androgénétique et de prendre rendez-vous dans les meilleurs délais.

A LIRE  Tout savoir sur la Kératine, le composant le plus important des cheveux

Examens complémentaires

Le médecin peut demander différents examens pour confirmer le diagnostic.

  • La dermatoscopie, également appelée dermoscopie, est un microscope qui examine la peau ou l’épiluminescence à l’huile. Elle utilise une loupe. Elle vérifie la présence d’une anisotrichie, c’est-à-dire de poils de dimensions hétérogènes. Une anisotrichie supérieure à 20% est un signe de chute de cheveux androgénétique.
  • Le trichogramme est une méthode qui consiste à examiner les cheveux à différents endroits et à les comparer au microscope. Cela permet d’évaluer la gravité de la perte de cheveux et le pourcentage de cheveux malades.
  • La trichoscopie numérique (ou trichoscopie digitale) : Cette procédure non invasive consiste à prendre des photographies des cheveux et du cuir chevelu à l’aide de la vidéodermoscopie. Un logiciel d’intelligence artificielle examine ensuite les images pour déterminer la raison de la chute des cheveux.

Ces examens permettent au médecin d’identifier la cause profonde de la chute des cheveux et de recommander le meilleur traitement.

Il ne faut pas confondre cette maladie avec l’alopécie androgénétique.

Il est crucial de faire la différence entre la perte de cheveux androgénétique et d’autres affections similaires lors de l’établissement d’un diagnostic.

Effluvium télogène

Il peut provoquer une chute de cheveux diffuse, qui est souvent temporaire et se résorbe d’elle-même. Il peut également être causé par une malnutrition, une dysthyroïdie ou des carences martiales (fer), en folates, en zinc et en vitamine D.

L’effluvium télogène maintient un diamètre de cheveux homogène. Les deux types de perte de cheveux peuvent être combinés.

La pelade diffuse

Cette affection entraîne une chute brutale et symétrique des cheveux. L’alopécie universelle signifie que tous les cheveux du corps tombent de manière égale. Ce n’est pas le cas de l’alopécie androgénétique. L’alopécie féminine se caractérise par une atteinte ophiastique et des cheveux en points d’exclamation.

Causes médicales

Outre les médicaments qui provoquent une hyperandrogénie chez l’homme, d’autres facteurs peuvent être à l’origine de la chute des cheveux chez la femme. Ces causes médicamenteuses sont courantes, et certaines chimiothérapies en sont un bon exemple.

Il existe de nombreux médicaments qui peuvent provoquer une hyperandrogénie. Ces causes médicamenteuses sont courantes, et certaines chimiothérapies en sont un bon exemple.

Maladies générales

La perte de cheveux peut être causée par certaines maladies qui n’affectent pas directement le cuir chevelu. L’anémie, la dysthyroïdie et les maladies auto-immunes (vascularite ou connectivite), ainsi que la syphilis secondaire, le lymphome, la syphilis secondaire et la connectivite, peuvent tous provoquer une perte de cheveux.

A LIRE  Perte de cheveux sur les tempes, le front et le crâne chez la femme

Comment traiter la chute de cheveux androgénétique chez la femme ?

Il existe de nombreuses options en fonction de la gravité de l’alopécie.

Injections et traitements médicamenteux

Le minoxidil est l’un des produits les plus populaires utilisés pour la perte de cheveux androgénétique. Le minoxidil peut être utilisé sous forme de lotion (ou de mousse) en cas d’intolérance. Son objectif est de réduire la chute des cheveux et de leur redonner leur calibre naturel. Le minoxidil peut avoir des effets secondaires comme des irritations, des pellicules et des effluviums au cours du premier trimestre.

Les spécialistes peuvent également prescrire des inhibiteurs de la 5-a réductase pour les cas graves. Ils ne doivent pas être pris à la légère. Les traitements hormonaux ne sont utilisés qu’en cas d’hyperandrogénie. Ils nécessitent l’avis d’un spécialiste.

Le médecin peut avoir recours à des injections pour stimuler l’activité capillaire et réduire la chute des cheveux. Ces traitements comprennent le microneedling, le traitement PRP et la mésothérapie.

Prothèse capillaire ou greffe de cheveux

Dans les cas graves, ou lorsque la situation est stable, la transplantation de cheveux peut être recommandée. Cette procédure consiste à prélever des follicules pileux sains et à les placer sur la zone affectée. Le résultat final nécessite la prise de médicaments. Dans les cas graves d’alopécie, la prothèse peut également être prescrite.

Trichopigmentation

Il s’agit d’une forme localisée de dermopigmentation qui peut être appliquée sur le cuir chevelu. Il s’agit d’un tatouage temporaire et semi-permanent du cuir chevelu qui couvre temporairement les zones chauves.

Régime alimentaire

Un régime alimentaire adapté à l’alopécie doit être accompagné d’un traitement médical. Cela comprend à la fois les repas et les compléments alimentaires pour les cheveux, si nécessaire.

Parfois, le patient peut avoir besoin d’un soutien psychologique. L’alopécie androgénétique peut avoir un effet négatif sur la santé mentale de la femme, ainsi qu’une altération de sa qualité de vie.

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous pour recevoir nos actus & conseils gratuits.

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous pour recevoir nos actus & conseils gratuits.

Partager cet article

Découvrez HairyBooster

Le seul complément qui stimule vraiment la croissance de vos cheveux en un temps record !
Découvrez-le
close-link