Perdre ses cheveux, est-ce une histoire d’hormones ?

Perdre ses cheveux, est-ce une histoire d'hormones ?
Sommaire
Partager cet article
Temps de lecture : 6 minutes

De nombreuses personnes qui connaissent une perte de cheveux, en particulier les hommes, pensent qu’il s’agit d’un phénomène naturel ou lié à l’âge qu’elles ne peuvent pas changer. C’est faux.

Certaines pertes de cheveux peuvent être causées par le stress, les changements de saison ou de mauvaises habitudes alimentaires. Cependant, la plupart des calvities sont dues à un dérèglement hormonal. Il est possible de réguler l’équilibre hormonal afin de stabiliser et d’améliorer la santé de vos cheveux.

Conseils et explications.

Les hormones sont l’une des principales causes de la chute des cheveux.

97 % de la chute des cheveux chez les hommes est due aux androgènes, c’est-à-dire que des hormones comme la testostérone sont liées à la chute des cheveux chez les hommes. Les femmes ne sont pas en reste non plus : Des études montrent qu’un déséquilibre hormonal peut entraîner une perte de cheveux de 15 à 20 %.

Deux types d’hormones peuvent affecter les cheveux.

  • La phase anagène est prolongée par les œstrogènes (hormones féminines dont la progestérone) qui jouent un rôle dans la croissance des cheveux.
  • Les androgènes (hormones masculines dont la testostérone) peuvent accélérer la croissance des cheveux et entraîner une chute prématurée.

Un équilibre entre les œstrogènes et les androgènes doit être maintenu afin de préserver la bonne santé des cheveux. Cet équilibre est délicat et tout changement ou bouleversement hormonal peut tout faire basculer.

Les hormones mâles et femelles se trouvent chez les femmes et les hommes en quantités différentes.

Les femmes ont plus d’œstrogènes que les hommes, ce qui favorise la croissance des cheveux. Elles sont donc moins sensibles à la calvitie androgénique. Elles sont également soumises à des changements hormonaux tout au long de leur vie, et sont donc plus susceptibles de subir une chute de cheveux hormonale.

Quels changements hormonaux peuvent provoquer une chute de cheveux chez les femmes et les hommes ?

Les problèmes capillaires peuvent être causés par la testostérone chez les hommes. Vers l’âge de 20 ans, l’alopécie androgénique commence à se manifester par une calvitie temporaire dans les espaces temporaux. Le dessus de la tête devient plus clairsemé, en commençant par l’arrière.

Les cheveux disparaissent progressivement si aucun traitement n’est appliqué.

Les trois moments hormonaux clés qui peuvent provoquer la chute des cheveux chez les femmes sont les menstruations, la grossesse et la ménopause. La raie centrale est généralement la plus touchée. Les cheveux autour des oreilles et des tempes deviennent plus fins, et le sommet de la tête devient moins fourni.

A LIRE  Grosse calvitie : Les traitements disponibles

Les hommes connaissent une perte de cheveux androgénique

“J’ai perdu mes cheveux à l’âge de 18 ans et cela a eu un impact énorme sur ma confiance en moi. C’est difficile à vivre à 26 ans. Les gens se moquent de moi car ils ne comprennent pas. Mon médecin, spécialiste en micronutrition, m’a dit que j’avais le même taux de testostérone qu’un homme de 80 ans. Cela serait dû à des déséquilibres hormonaux, ce qui explique aussi ma calvitie.” (Gabriel B.)

Un déséquilibre hormonal est responsable de la majorité des chutes de cheveux chez les hommes.

La raison : une transformation excessive de la testostérone en dihydrotestostérone. Le cuir chevelu capte la testostérone et la transforme en DHT.

La DHT endommage les follicules pileux et provoque un vieillissement prématuré des cheveux. Lentement, le cycle de vie du cheveu s’accélère, il devient fragile et fin jusqu’à ne plus pousser.

Notre conseil :

Il existe de nombreuses solutions à ce problème. Beaucoup de personnes pensent qu’elles ne peuvent rien faire. Réagissez vite !

Il est possible de renforcer vos cheveux, de réduire leur chute et d’augmenter leur croissance. Cependant, cela dépend généralement du régime alimentaire. Discutez de vos préoccupations avec votre médecin et déterminez le meilleur traitement.

Commencez par une base saine, puis ajoutez des vitamines, des minéraux et des oligo-éléments à vos cheveux pour qu’ils soient en pleine forme, des racines aux pointes.

Les femmes qui subissent une chute de cheveux hormonale

Menstruations

Le cycle menstruel d’une femme est une véritable montagne russe pour les hormones.

  • La période d’ovulation (c’est-à-dire le milieu du cycle) est le moment où tout va pour le mieux : la femme se sent énergique, concentrée et a beaucoup d’énergie. Ses cheveux sont doux, brillants et lisses. Les cheveux poussent plus vite grâce aux œstrogènes.
  • Une fois l’ovulation terminée, c’est le moment de se compliquer. Les niveaux d’œstrogènes chutent, les cheveux et la peau ont tendance à devenir gras, et les niveaux d’énergie baissent.
  • C’est au cours des premiers jours des menstruations que le corps est le plus affecté par les hormones mâles. Les cheveux deviennent fragiles, secs et cassants pendant cette période. Ils sont plus susceptibles de tomber rapidement et les femmes trouveront plus de cheveux sur leur brosse, leur oreiller ou leurs vêtements que d’habitude.

Notre conseil :

Si vous constatez une perte de cheveux excessive, consultez votre médecin. Vous devez également vous assurer que votre méthode contraceptive, le cas échéant, est correctement ajustée et n’ajoute pas à ce déséquilibre hormonal.

Vous devez prendre davantage soin de vos cheveux pendant vos règles. Cela inclut l’utilisation de masques et de compléments alimentaires naturels. ).

A LIRE  La testostérone est-elle responsable de la calvitie masculine ?

Grossesse

“Je suis l’heureuse maman d’une petite fille de 3 mois, et c’est le meilleur moment de ma vie. Mon seul problème est que je perds énormément de cheveux depuis l’accouchement. J’ai essayé de nombreux traitements différents, mais rien n’a fonctionné. Il est déjà difficile de se sentir à nouveau en confiance avec son corps après un bébé. Mon moral est affecté par cette perte de cheveux. Je veux retrouver une chevelure saine, comme avant. (Marie. – Angers)

Une influence hormonale positive pendant la grossesse peut permettre à une femme d’avoir une peau plus épaisse, plus brillante et plus belle. La situation est différente de celle d’une fausse couche ou d’une grossesse sans problème. La perte de cheveux peut être causée par des déséquilibres hormonaux après l’accouchement, surtout si les niveaux d’œstrogène et de progestérone chutent.

Un tiers des femmes perdent leurs cheveux entre deux et quatre semaines après l’accouchement. L’allaitement peut entraîner une perte de cheveux plus importante. C’est ce que l’on appelle le “télogène fluvial post-partum”, et c’est difficile pour les mamans qui vivent déjà des bouleversements émotionnels, de l’épuisement et des bouleversements.

Notre conseil :

  • Pour retrouver une chevelure saine, vous devez équilibrer vos hormones. Il est recommandé de prendre des compléments alimentaires avant et pendant la grossesse pour favoriser le développement et la croissance du fœtus (fer et vitamine C, vitamine B9, et oméga-3…),). Une supplémentation après l’accouchement est également recommandée pour favoriser la récupération de l’organisme.

Les équilibrants hormonaux sont le houblon, la luzerne et les graines de lin, qui sont tous recommandés pour corriger la chute des œstrogènes associée à l’accouchement. Parce qu’elles sont souvent surconsommées pendant la grossesse et peuvent entraîner des carences, les vitamines B sont cruciales.

  • Même si cette période de changement et d’adaptation peut être difficile, il est important de prendre du temps pour se détendre et prendre soin de son corps et de son esprit. La perte de cheveux peut être accentuée par le stress et la fatigue.
  • Si l’alopécie du post-partum persiste, consultez votre médecin.

Ménopause

“J’ai commencé à perdre mes cheveux dès que j’ai atteint la ménopause. Mon coiffeur a remarqué que mes cheveux devenaient plus fins et plus fragiles. Il a également confirmé que les hormones étaient responsables de ce problème. Je ne sais pas comment faire pour que mes cheveux retrouvent leur pleine santé. (Emile. – Vannes)

Le taux d’œstrogènes d’une femme diminue de 10 à 30 % lorsqu’elle entre en ménopause. Cependant, elle est capable de perdre 80 % de ses œstrogènes. Les bouffées de chaleur et l’anxiété, ainsi que les troubles du sommeil et les troubles du sommeil. Ce déséquilibre hormonal peut provoquer divers symptômes, notamment des bouffées de chaleur, des maux de tête, des troubles du sommeil, de l’anxiété…

A LIRE  La Dermatite Séborrhéique : Découvrez les Bienfaits d'un Shampoing adapté pour votre Cuir Chevelu

Les dommages causés à la santé des cheveux sont également importants. La DHT peut entraîner la détérioration des cheveux, qui deviennent cassants, fins et secs. Les œstrogènes n’ont plus la puissance et le nombre nécessaires pour contrer les effets néfastes sur la fibre capillaire. De nombreuses femmes constatent une perte de cheveux allant jusqu’à 2/3 et un amincissement de la chevelure. La perte de cheveux peut commencer dès 4 à 5 ans avant la ménopause.

Comment redonner à mes cheveux leur pleine santé ?

Le stress, l’anxiété et les mauvaises habitudes quotidiennes (trop d’exercice, trop peu de sommeil, le tabagisme et une forte consommation d’alcool…)) contribuent aux effets des androgènes et accélèrent la chute des cheveux. Ces habitudes doivent être contrôlées et surveillées !

La santé des cheveux dépend de la façon dont l’organisme absorbe certains nutriments. Il est important d’avoir une alimentation équilibrée. Pour optimiser la santé des cheveux, vous devez couvrir vos besoins quotidiens.

La chute des cheveux peut être le signe de carences. Vous ne pourrez bénéficier d’un traitement de qualité et bien dosé pour rétablir la santé de vos cheveux que si vous avez déjà perdu vos cheveux.

Voici d’autres conseils pour prendre soin de vos cheveux

  • Pour stimuler la circulation sanguine, massez votre cuir chevelu du bout des doigts pendant quelques minutes chaque jour.
  • Utilisez des shampooings de qualité qui ne contiennent pas de silicone et sont adaptés à la texture naturelle de vos cheveux.
  • Limitez ou évitez la consommation d’alcool, de tabac, d’aliments transformés et de sucre raffiné.
  • Utilisez une brosse à cheveux à poils souples.
  • Évitez les colorations, les produits coiffants, le séchage à la chaleur excessive, le port d’une casquette, d’un casque ou d’un bonnet, car ils peuvent stresser et affaiblir les fibres capillaires.
  • Une alimentation saine, équilibrée et colorée, riche en vitamines, minéraux et oligo-éléments est recommandée.

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous pour recevoir nos actus & conseils gratuits.

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous pour recevoir nos actus & conseils gratuits.

Partager cet article

Découvrez HairyBooster

Le seul complément qui stimule vraiment la croissance de vos cheveux en un temps record !
Découvrez-le
close-link