Perte de cheveux homme due au stress

Perte de cheveux homme due au stress
Sommaire
Partager cet article
Temps de lecture : 5 minutes

Perte de cheveux induite par le stress chez les hommes

Le stress chronique peut provoquer une chute de cheveux chez les hommes. Cette condition se produit à la suite de déclencheurs de stress continus, et dure généralement deux à trois mois. Les cheveux repoussent une fois que l’événement déclencheur du stress est passé. Le stress chronique affecte également la santé mentale de l’homme. Cet article traite des options de traitement de la chute des cheveux due au stress.

Traitement de la chute des cheveux due au stress

Bien que le stress puisse avoir un impact négatif sur vos cheveux, il existe des options de traitement pour la perte de cheveux due au stress. L’éclaircissement des cheveux en période de stress est dû aux changements hormonaux et à la perturbation du cycle de croissance des cheveux. Cela peut conduire à une perte importante de cheveux. Cependant, cet état est souvent temporaire.

La première option de traitement de la perte de cheveux due au stress consiste à prévenir la chute de vos cheveux et à prendre les précautions nécessaires. Votre médecin vous donnera les bons conseils en fonction du type de stress que vous subissez et vous recommandera un traitement qui vous aidera à faire repousser vos cheveux. Le changement de votre mode de vie et la prise de médicaments contre la chute des cheveux peuvent vous aider à restaurer vos cheveux et à réduire leur chute.

Une autre option consiste à prendre un supplément d’acides aminés pour stimuler la croissance des cheveux. La kératine est un composant important des cheveux, et on la trouve également dans votre cuir chevelu. Cependant, l’utilisation d’un supplément de kératine n’est pas efficace pour la perte de cheveux due au stress. Si les effets de la perte de cheveux due au stress sont temporaires, le processus de repousse peut prendre de trois à six mois.

Si le problème est chronique, vous pouvez essayer d’apprendre à réduire votre niveau de stress. Un journal du stress peut vous aider à noter les événements stressants et à essayer de les gérer en conséquence. Vous pouvez également envisager de prendre des médicaments pour traiter le stress chronique. Ces médicaments vont des ISRS aux anxiolytiques. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez essayer de trouver d’autres moyens de réduire votre niveau de stress.

A LIRE  Quand s'inquiéter de la chute des cheveux chez l'homme ?

Une autre option pour la perte de cheveux due au stress est l’injection de plasma riche en plaquettes (PRP). Ces injections contiennent un type spécial de plasma qui peut stimuler la croissance des cellules souches dans la racine des cheveux. Ces injections peuvent aider à restaurer le volume des cheveux, mais ne suffisent pas toujours à guérir la trichotillomanie. En outre, une thérapie cognitivo-comportementale et des médicaments contre la trichotillomanie sont disponibles pour les personnes souffrant de cette maladie.

Effluvium télogène

Le principal symptôme de l’effluvium télogène est la perte accrue de cheveux. Elle commence généralement trois mois après un événement stressant. Elle peut survenir soudainement ou progressivement et persister pendant plusieurs mois. Ce type de chute de cheveux est dû à des carences en nutriments importants nécessaires à la croissance de cheveux sains. En outre, un stress extrême peut provoquer la chute des cheveux en déclenchant une attaque du système immunitaire contre les follicules pileux.

Le cuir chevelu d’un adulte compte environ 100 000 follicules pileux. Chaque follicule subit un cycle de croissance et de repos, la majorité étant en phase de croissance. Lorsque ces follicules passent en phase de repos, les cheveux tombent. Le passage anormal des cheveux en phase télogène peut être provoqué par un déclencheur externe, comme un stress émotionnel important.

L’effluvium télogène est une perte de cheveux temporaire qui touche aussi bien les hommes que les femmes. Elle dure généralement de trois à six mois et se traduit par une chute de cheveux sur moins de la moitié du cuir chevelu. Décrit pour la première fois par Kligman en 1961, il est la conséquence de la fin prématurée des phases anagène et catagène. En conséquence, les follicules entrent dans une phase de repos similaire à la phase télogène. Cependant, l’augmentation de la chute des cheveux télogènes ne signifie pas nécessairement qu’elle est une cause de la perte de cheveux, et elle n’affecte pas les gènes de la personne.

A LIRE  Perte de densité cheveux chez l'homme

La perte normale de cheveux sous la douche se situe entre 50 et 100 cheveux par jour. Toutefois, si la perte de cheveux est supérieure à 100 cheveux par jour, il s’agit probablement d’un effluvium télogène. Il se caractérise par un petit bulbe blanc à la racine du cheveu.

L’effluvium télogène peut être traité avec du minoxidil (Rogaine). Il s’agit d’un traitement topique, qui s’applique directement sur le cuir chevelu. Si la perte de cheveux est causée par des facteurs psychologiques tels que l’anxiété ou les TOC, la thérapie peut être le traitement le plus efficace.

Heureusement, ce type de perte de cheveux est temporaire et repousse avec le temps. La repousse des cheveux peut prendre des mois, mais la réduction du stress et le traitement de la cause de la perte de cheveux peuvent aider à leur repousse. Cependant, il est important de noter que ce type de perte de cheveux peut entraîner d’autres types de perte de cheveux.

La pandémie de COVID-19

Bien que la perte de cheveux ne soit pas l’un des principaux symptômes du COVID-19, elle est susceptible d’être un effet secondaire de la maladie. Le stress lié à une maladie peut accélérer la perte de cheveux. Par conséquent, les survivants du COVID-19 peuvent subir une perte de cheveux liée au stress, également appelée effluvium télogène.

Bien qu’il n’y ait pas encore de preuve concluante reliant l’infection par le COVID-19 et la perte de cheveux chez les hommes, cette première observation indique que le COVID-19 peut augmenter le risque de maladie capillaire chez les hommes souffrant d’alopécie androgénétique. D’autres recherches cliniques sont nécessaires pour déterminer si l’infection au COVID-19 est liée aux maladies capillaires.

La pandémie actuelle de COVID-19 est connue pour augmenter le stress psychologique des personnes. Cela peut aggraver les maladies de la peau et des cheveux liées au stress. Cette étude visait à examiner l’association entre le stress lié au COVID-19 et ces maladies capillaires. Les résultats montrent que le stress lié à COVID-19 augmente la probabilité d’alopécie, d’effluvium télogène et de dermatite séborrhéique chez les hommes.

A LIRE  Que faire lorsque vous perdez vos cheveux homme ?

Heureusement, la perte de cheveux associée au COVID-19 est temporaire et réversible grâce à des changements de mode de vie. La perte de cheveux déclenchée par le stress est appelée effluvium télogène et se produit généralement trois à six mois après un événement stressant. Les symptômes peuvent aller de légers à graves, et peuvent survenir lors de changements majeurs dans la vie. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, le nombre de cas associés à l’effluvium télogène a augmenté de 400 %. Les femmes et les personnes de couleur sont les plus vulnérables à cette affection.

La perte de cheveux due au COVID-19 est courante et souvent confondue avec une extension de la maladie. La perte de cheveux n’est pas une conséquence directe du COVID, mais le résultat de l’attaque du virus par l’organisme. On pense que le stress est l’une des principales causes de la perte de cheveux due au COVID-19 et que le stress psychologique est un facteur contributif.

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous pour recevoir nos actus & conseils gratuits.

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous pour recevoir nos actus & conseils gratuits.

Partager cet article

Découvrez HairyBooster

Le seul complément qui stimule vraiment la croissance de vos cheveux en un temps record !
Découvrez-le
close-link